Sciences historiques, géographiques, ethnologiques et linguistiques
Sciences politiques et administratives
Sciences juridiques, économiques et sociales
Sciences physiques, naturelles, biologiques et leurs applications
Enseignement, littérature, archéologie et Beaux-Arts
Composition

MARCHAL Henri

Membre titulaire 5e section,
Élu(e) le 14/11/2008

Conservateur général (h) du Patrimoine (musées de France)
Domaines et régions :
Archéologie, islam, patrimoine (musées). Afrique du Nord, Proche et Moyen-Orient


Distinctions :

 

Biographie :

Henri Marchal occupe le poste de Conservateur général honoraire du patrimoine (musées de France). Il dirige de 1979 à 1994 le Musée national des arts africains et océaniens, situé à la Porte dorée jusqu'à la transformation de l'ancien Palais des colonies en Cité nationale de l'histoire de l'immigration.

Né au Maroc où son père était haut-fonctionnaire dans les services du Protectorat, il passe son enfance dans un pays arabe illuminé par la beauté de ses paysages et de ses monuments. Séduit par sa culture, il souhaite mieux la connaître et c’est ainsi que son avenir professionnel se décide. Tout en poursuivant des études juridico-économiques centrées sur les problèmes du Tiers-Monde notamment avec Gaston Leduc, qui dirige sa thèse de Doctorat d'État sur La Coopération technique en Iran à la Faculté de droit de Paris (1963), il s’inscrit à l’École du Louvre et aux Langues’O pour satisfaire son désir d’Orient. À l’École du Louvre, Jean David-Weill l’initie aux arts de l’islam tandis qu’aux Langues’O (Inalco) Gérard Troupeau, Jean Kassab et Jean Dresch notamment l’ouvrent aux difficultés de la langue et aux spécificités géographiques des pays arabes. Sa formation universitaire l’oriente vers l’action culturelle qu’il développe à partir de 1964 soit au sein du Musée du Louvre (en agissant pour la promotion des arts islamiques dans le cadre d'expositions à Paris et en province), soit à la tête de centres culturels français en Orient (Bagdad, Tabriz, Saïda). Revenu de l’étranger en 1979, il est nommé Directeur du Musée des Arts africains et océaniens, depuis disparu avec la création du Musée du Quai Branly, et mène diverses missions de coopération muséographique en Méditerranée.

Durant toute sa vie professionnelle - et personnelle - il reste attaché au Maghreb et au Machrek, tant dans le cadre des musées nationaux (auxquels il appartient) que dans celui des services culturels français à l’étranger. Les sinuosités de son parcours ne démentent pas sa fidélité à ses premiers engagements qui se prolongent désormais dans le cadre de la retraite.

Bibliographie :

Articles :

Le musée de la Porte Dorée, sa vie et sa disparition. In Mondes et Cultures, 2007, vol. 67, pp. 595-604

La France à la rencontre des cultures lointaines, [s.n.], [s.d.] 

Les recensions des ouvrages de la bibliothèque effectuées par Henri MARCHAL :


Lire les 65 recensions de Henri MARCHAL
© 2010 - Académie des sciences d'outre-mer 15, rue Lapérouse 75116 PARIS